dimanche 15 février 2009

29 - La mère du curé, la bonne et l'amante

L'amante du curé était pauvre, laide et méchante. Sa bonne (celle du curé) était pauvre également, mais elle était belle et son coeur était plein de bonté. L'amante aimait faire le mal, tandis que la bonne s'enflammait instantanément à la simple idée de faire le bien. Un jour la mère du curé tomba gravement malade à l'âge de cent trois ans, à la suite d'une chute (alors qu'elle portait de lourds fagots) provoquée par une ânesse maladroite et rétive revenant du marché avec son maître ivre sur le dos. La rencontre entre l'ânesse mal guidée et la porteuse de fagots fut funeste et fatale, la vieille ayant roulé avec douleurs et fracas dans le fossé, empêtrée dans ses fagots. Bref, la plus que centenaire était mourante. Ou du moins en avait l'air.

La bonne qui avait le coeur plein de sensibilité et l'âme bien blanche vint au chevet de l'infortunée, les mains pleines de chocolats et de fortifiants. Avec ferveur elle prodigua à la vieille des soins à n'en plus finir. Elle ne prit congé de l'aïeule que lorsqu'elle fut certaine de lui avoir apporté à très hautes doses réconfort, douceur, tendresse.

Dès que la bonne fut sortie de la maison de la malade, l'amante (qui était restée à épier dehors) entra à son tour. Elle se précipita dans la chambre de la pauvre femme avec un rire diabolique. Son âme étant bien laide, aussi laide que les traits de son visage à vrai dire, l'amante du curé ne vint pas les mains vides elle non plus : elle avait apporté trois boulets de charbon, une tête de cochon et un crucifix en bois vert fraîchement coupé. En la voyant ainsi entrer dans la chambre, la vieille eut à la fois une crise d'épilepsie, une crise cardiaque et une crise de nerf. Si bien que trois fois choquée, elle passa de l'autre côté... du lit. Pas morte pour un sou, l'aimable grand-mère, qui était rappelons-le la mère du curé, se recoucha, s'empara d'une torche éteinte et depuis son lit en asséna un coup assez violent sur la tête de l'amante (qui devait s'en remettre assez vite dans les jours qui suivirent). Après quoi elle mourut presque aussitôt des suites de sa chute, celle qu'elle venait de faire de son lit.

Le curé hérita de la fortune de sa mère. L'amante du curé, qui était laide et méchante, profita pleinement de la fortune du curé qui n'était pas son amant pour rien. La mère morte, l'amante était devenue riche.

L'amante qui était laide et méchante n'était plus pauvre. La belle et bonne âme quant à elle resta désespérément pauvre.

La moralité de cette histoire, c'est que la fortune vient plus facilement aux porteurs de boulets de charbons, de tête de cochon et de crucifix en bois vert.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire